Cavalcades les 24 et 25 février à 15h

Le vignoble

Le vignoble

La culture de la vigne dans le Florival était favorisée par l'abbaye de Murbach. Les princes-abbés semblaient apprécier le bon vin, à tel point qu'au Xème siècle il n'y avait plus assez de place dans les celliers pour stocker les tonneaux, alors ceux-ci furent entreposés à l'air libre (sous bonne garde s'entend !). Le moine Fruilandus, dans ses mémoires décrivait le Florival comme « un paradis dans lequel le sang de la vigne coule en abondance ».Buhl honorait cette tradition viticole. Des écrits attestent de la présence de pieds de vignes mêmes sur les coteaux de l'église. Et, en 1728, les pentes du Kantelacker, longeant les Weihermatten, étaient plantées de vignes.
La superficie du vignoble fluctuait à travers le temps. Des murets implantés très haut sur les pentes du Schimberg témoignent de l'étendue de cette culture dans le passé.
Au début du XVIIème siècle, le vignoble buhlois exploité s'étendait sur 42,50 ha., avant la plantation du Neuberg (1750-1753), pour s'étendre en 1760 à une surface de totale de 60 ha.

En 1885, le phylloxéra ravage le vignoble. Néanmoins, en 1900, la superficie de ce dernier sera à nouveau de 63 ha.

En 1941, les 191 propriétaires répartis sur 47 ha. produisaient 1 400 hl de vin. A noter qu'à chaque période de vendanges, la commune embauchait deux gardes pour surveiller le ban viticole.
Au cours du XXème siècle, ce vignoble est devenu une friche ; ne subsistent que quelques parcelles entretenues.

Depuis quelques années, de jeunes viticulteurs de Pfaffenheim, Bergholtz et Westhalten ont défriché un versant de 15 ha. de forêts qui avaient envahi les coteaux du Schimberg pour y replanter des vignes. Celles-ci sont maintenant classées vignes AOC et les vignerons récoltent aujourd'hui le fruit de leur labeur.

 

 

Carte de Buhl